Qui sommes-nous ?

La société d’histoire Héritage Sutton a pour mission de préserver l’histoire de Sutton et de ses environs ainsi que des personnes et familles qui l’ont écrite. Elle gère des collections et des fonds d’archives, publie des cahiers, propose des activités pédagogiques, collabore avec le Musée d’histoire et des communications de Sutton pour la présentation de certaines expositions.

Héritage Sutton est une organisation incorporée, sans but lucratif, gérée bénévolement par ses membres. Selon le dernier AGM, le conseil d’administration se compose de : Jeanne Morazain, présidente; Georges Létourneau, vice-président; Alexandrine Poissant, secrétaire; Carole Kierulf, trésorière; Claude F. Gagnon, Lisanne Ryan, Dominique Parent, administratrices; Winston Bresee, administrateur.

Qu’il s’agisse de recherche, d’archivage, de numérisation, d’édition, tout le travail est fait sur une base volontaire.

Il y a plusieurs façons d’aider Héritage Sutton à remplir sa mission. Vous pouvez :
– Devenir membre.
– Devenir bénévole et contribuer à la réalisation des différentes activités.
– Proposer un texte pour une prochaine édition des Cahiers d’histoire.
– Donner des écrits et des photos susceptibles d’enrichir l’histoire de Sutton et des Cantons de l’Est.

Agir sur plusieurs fronts

Lors de la dernière assemblée générale, le 26 novembre 2016, la présidente d’Héritage Sutton, Jeanne Morazain, a fait rapport des activités de l’année écoulée et a présenté les priorités retenues par le conseil d’administration pour l’année 2017.

Rapport d’activités – année 2017

Rapport présenté par Jeanne Morazain, présidente.

L’événement Mémoire en Fête des 6 et 7 mai, qui soulignait le déménagement d’Héritage Sutton dans de nouveaux locaux, a été un franc succès : accueil de quelque 175 personnes en deux après-midi ; réception de dons d’archives et de promesses de dons ; intérêt marqué pour les albums et enregistrement d’informations sur plusieurs photos ; inscription d’une dizaine de nouveaux membres ; plusieurs demandes de renseignement sur des personnes, des familles, des lieux.

Mémoire en Fête a été l’occasion de faire la promotion du don d’archives ce qui a entraîné une augmentation des offres de dons et de demandes d’accompagnement pour préparer le matériel.

La première phase du traitement du Fonds Station de ski Mont-Sutton, don de la famille Boulanger et des nouveaux propriétaires de la station, est terminée grâce à une subvention de BAnQ et à du financement privé. Une technicienne en archivistique a travaillé tout l’été, sous la supervision d’André Vigneau, à décrire et indexer le matériel visuel (au-delà de neuf mille photos, diapos, négatifs, films, vidéos). Un instrument de recherche a été produit, les documents ont été entreposés dans des fournitures de conservation. Les photos les plus anciennes ont été numérisées à des fins de conservation.

L’embauche d’une étudiante au cours de l’été a permis de revoir l’organisation de la base documentaire et de poursuivre l’aménagement de la voûte dont nous disposons maintenant. Grâce à une subvention salariale d’Emploi Québec, nous aurons pour les prochains six mois une employée afin de terminer le travail et de procéder au traitement des documents non encore intégrés.

L’informatisation des données de l’inventaire des cimetières de la Ville de Sutton est quasi complétée. Les données seront bientôt accessibles aux descendants des personnes inhumées à Sutton, aux historiens et généalogistes intéressés par les familles pionnières et certains événements du passé (les épidémies, par exemple) et aux chercheurs désireux de les analyser pour comprendre la personnalité unique de chaque cimetière, les pratiques propres aux communautés de confession protestante ou encore l’aménagement et le développement du territoire de l’ancien canton de Sutton depuis sa création en 1802. Les fondations Bélanger-Gardner et Townshippers’ ont contribué au financement de cette nécessaire conclusion au travail sur le terrain réalisé au cours des cinq dernières années.

Héritage Sutton est de plus en plus sollicité non seulement par les individus et familles mais aussi par d’autres organismes pour collaborer à des projets ayant une dimension historique. Le partenariat Héritage Sutton- D’Arts et de rêves pour la création des Chemins de l’histoire est une belle réussite. Les dix tableaux numériques créés par l’artiste Louis Lefèbvre à partir d’archives de nos collections balisent maintenant un sentier du parc culturel D’Arts et de rêves.

Une autre exposition, de photos celle-là, a été réalisée en collaboration avec la Corporation de développement économique de Sutton dans le cadre du projet régional Objectif photo –Cantons de l’Est. Conçue et coordonnée par Katherine Godbout pour Héritage Sutton, Vitrines sur le passé s’est déroulée du 7 septembre au 15 octobre : 24 bâtiments commerciaux présentaient en vitrine des montages de photos anciennes et récentes témoignant de leur évolution au fil du temps.

Lors des Journées de la culture 2017, Héritage Sutton, Arts Sutton et le P.E.N.S. ont proposé conjointement une réflexion sur le paysage en tant qu’élément du patrimoine : témoignages d’aînés, photos anciennes, conférences, analyses étaient au programme au cours de la fin de semaine.

Le centenaire de la guerre de 1914-1918 a été le prétexte pour donner la parole aux vétérans des deux grandes guerres du 20e siècle. Le cahier d’histoire no. 25 a publié des extraits de lettres de soldats de la première ; des entrevues ont été réalisés avec deux vétérans de la seconde, Roland Goyette et Hollis Page ; le site d’Héritage Sutton a mis en ligne le dossier Histoires de guerres réunissant plusieurs textes et documents qui éclairent l’implication de Sutton et des Suttonnais dans ces deux conflits.

Dans le cadre de mandats octroyés par la Ville de Sutton, Héritage Sutton a retracé l’histoire de plus d’une trentaine de propriétés et, dans certains cas, des familles qui les ont occupées. Une nouvelle liste d’adresses à documenter a été dressée pour l’année 2018.
Enfin, Héritage Sutton poursuit la publication de ses cahiers d’histoire dont le format et le prix en font une vitrine sur l’histoire locale et régionale fort accessible. Le cahier 26 qui donne la vedette aux anciennes écoles de rang autant francophones qu’anglophones a été bien reçu ; le cahier 27 sera lancé lors de la présente assemblée générale annuelle.


Priorités pour 2018

Présentées par Jeanne Morazain, présidente.

Héritage Sutton possède un important fonds d’histoire orale, comptant près d’une centaine entrevues d’aînés. Ce fonds est présentement sous-utilisé en raison de l’absence de financement, du format (bande magnétique) et d’une indexation inappropriée. Héritage Sutton a donc structuré avec le Comité de gestion de la salle communautaire de Sutton Junction et la salle Alec et Gérard Pelletier un projet pour recueillir, diffuser et mettre en valeur la parole de aînés, notamment auprès des jeunes générations. Des discussions sont engagées avec le Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’université Concordia pour bénéficier d’un encadrement et former nos bénévoles à l’utilisation de certains outils. Si nous obtenons des réponses positives aux deux demandes de financement que nous avons déposées, ce sera le « grand œuvre » des deux prochaines années.

Les derniers mois ont permis de traiter les documents visuels du Fonds Station de ski Mont-Sutton et de produire un instrument de recherche. Une deuxième phase sera réalisée en 2018, soit le traitement des quelque sept mètres de documents textuels. Nous sommes confiants que la BaNQ renouvellera son appui et que les Archives nationales à Ottawa emboîteront le pas. Le FSSMS bénéficie aussi de l’appui financier de la famille Boulanger, des dirigeants de la station de ski et des amoureux de la montagne. Parallèlement, les milieux du ski et du tourisme, la famille Boulanger, Mont-Sutton inc. et des professionnels du marketing exploreront de possibles scénarios de mise en valeur de ce riche matériel et les sources de financement disponibles.

Il est important, par ailleurs, de faire connaître à la communauté des chercheurs et des archivistes les instruments de recherche produits dans le cadre du traitement du FSSMS. Il en va de même pour l’inventaire informatisé de nos cimetières en cours d’achèvement. Des démarches sont en cours pour inscrire ces documents au Réseau des services d’archives du Québec et au Réseau canadien d’information archivistique et donner un rayonnement national à deux réalisations exceptionnelles.

Autre chantier prioritaire pour 2018, celui de l’engagement bénévole. L’appel lancé sur notre site web afin de constituer des équipes de bénévoles «spécialisées » n’a pas vraiment porté fruit. Nous ne baissons pas les bras car nous croyons que cette réorganisation est essentielle pour accélérer et rendre plus efficace nos actions. Le recrutement sera intensifié et visera la formation de trois équipes : celle d’histoire orale qui réunira aussi des bénévoles du Comité de gestion de la salle communautaire de Sutton Junction et de la salle AGP ; l’équipe de recherche sur le patrimoine bâti, aidée par une brigade « d’ indics » qui regroupera de façon ponctuelle des personnes nées à Sutton ou qui y ont passé toute leur vie ; l’équipe des accompagnateurs chargés de susciter des dons d’archives dans les deux communautés linguistiques et d’aider les donateurs à préparer et documenter leur don.

La réorganisation du bénévolat aura aussi comme effet, du moins nous l’espérons, le rajeunissement du membership, un défi récurrent et commun à tous les organismes.

Enfin, les recherches sur le patrimoine bâti se poursuivent. Les informations s’additionnement à la faveur des mandats octroyés par la Ville et des recherches effectuées dans le cadre des divers projets auxquels Héritage Sutton s’associe. Une demande de subvention a été déposée auprès du ministère de la culture et des communications pour constituer des dossiers textuels, photographiques et sonores de plusieurs éléments patrimoniaux de Sutton afin de les diffuser par le biais du Répertoire du Patrimoine cultuel du Québec Il y a lieu par ailleurs d’amorcer une réflexion avec d’autres intervenants du milieu, notamment la Ville et la Corporation de développement économique, afin de trouver une façon de transmettre tout ce savoir à la population locale comme aux touristes.

Ces grands chantiers ne doivent pas faire oublier les autres activités à l’agenda : la publication de deux cahiers d’histoire, la réponse aux demandes de renseignements de résidents anciens ou actuels de Sutton, la collecte et le traitement des archives publiques et privées.