Qui sommes-nous ?

La société d’histoire Héritage Sutton a pour mission de préserver l’histoire de Sutton et de ses environs ainsi que des personnes et familles qui l’ont écrite. Elle gère des collections et des fonds d’archives, publie des cahiers, propose des activités pédagogiques, collabore avec le Musée d’histoire et des communications de Sutton pour la présentation de certaines expositions.

Héritage Sutton est une organisation incorporée, sans but lucratif, gérée bénévolement par ses membres. Selon la dernière AGM, le conseil d’administration se compose de : Jeanne Morazain, présidente;  Louise Harpin, secrétaire; Carole Kierulf, trésorière; Alexandrine Poissant, administratrice; Winston Bresee, Claude F. Gagnon, Paul Kinnis, administrateurs.

Qu’il s’agisse de recherche, d’archivage, de numérisation, d’édition, tout le travail est fait sur une base volontaire.

Il y a plusieurs façons d’aider Héritage Sutton à remplir sa mission. Vous pouvez :
– Devenir membre.
– Devenir bénévole et contribuer à la réalisation des différentes activités.
– Proposer un texte pour une prochaine édition des Cahiers d’histoire.
– Donner des écrits et des photos susceptibles d’enrichir l’histoire de Sutton et des Cantons de l’Est.

Agir sur plusieurs fronts

Lors de la dernière assemblée générale, le 26 novembre 2016, la présidente d’Héritage Sutton, Jeanne Morazain, a fait rapport des activités de l’année écoulée et a présenté les priorités retenues par le conseil d’administration pour l’année 2017.

Rapport d’activités – année 2018

Rapport présenté par Jeanne Morazain, présidente.

Une certaine routine régit les activités d’Héritage Sutton : publier un cahier d’histoire à l’automne et un autre au printemps ; répondre aux demandes d’informations qui ne cessent d’augmenter ; recueillir et traiter les documents d’archives qu’on nous donne ou qu’on nous prête ; retracer l’histoire des édifices du patrimoine bâti à la demande de la Ville (30 adresses cette année) ; rédiger des demandes de subventions pour pouvoir engager des ressources humaines. Cette année, nous avons obtenu des fonds d’Emploi Québec (janvier à juin 2018), de Patrimoine Canada (été 2018) et de BANQ (mai à décembre 2018) ; concevoir des projets et chercher du financement pour nous permettre de réaliser nos objectifs.

Toutefois, trois dossiers se démarquent en 2018. Celui du traitement des Fonds Station de ski Mont-Sutton et Famille Boulanger que nous avons finalement mené à terme. Des instruments de recherche ont été produits qui décrivent avec précision leur contenu, selon les règles de l’art. Leur mise en valeur relève maintenant de la volonté des nouveaux propriétaires de la station, de la famille Boulanger, de la communauté des skieurs, des promoteurs touristiquesde concevoir des projets pour ce faire et de trouver des fonds pour les réaliser.

Celui de la Filtex. Héritage Sutton a reçu le mandat de la Ville et du Pacte rural de documenter l’histoire de l’usine Filtex,un des derniers témoins du passé industriel de Sutton.  La recherche a porté sur trois volets. Le premier retrace l’évolution du patrimoine bâti de l’ancien  quartier de la gare et met en lumière l’implantation progressive d’un site industriel dans ce quadrilatère. Le second raconte l’histoire de l’industrie du textile sur cet emplacement entre 1939 et 2004. Le troisième, donne la parole aux ex-employés de la filature qui témoignent de la nature de leur travail, des conditions dans lesquelles il s’exerce, de l’atmosphère dans l’usine, de l’importance de la filature pour l’économie de Sutton, etc. Le but de l’exercice est de fournir des éléments pour alimenter les discussions sur l’avenir du site une fois l’ancienne usine démolie. Le travail bénévole de Louise Harpin et de Meredith Mackeen dans ce dossier mérite d’être souligné.

Enfin, le projet La parole des aînésa vu le jour. Les efforts en vue de trouver des fonds pour traiter et mettre en valeur notre Fonds d’histoire orale ont porté fruit. En effet, dans le cadre du programme Québec amis des aînés (QADA) Héritage Sutton reçoit une aide financière qui pourra atteindre 106 200  $ sur deux ans afin de préserver et mettre en valeur la Parole des Aînés.

Le projet est déjà bien amorcé. L’inventaire et la numérisation des entrevues existantes sont complétés, leur transcription est en cours. Les premiers enregistrements de nouveaux témoignages individuels et de groupes ont été effectués avec des employés de la Filtex. Des bénévoles ont été recrutés et seront formés pour agir comme personne-relais ou interviewers. Pour mener à bien ce projet, Héritage Sutton a deux partenaires. Le Comité de gestion de la salle communautaire de Sutton Junction participe à la coordination du projet, à la recherche de témoins, prête ses locaux et ses équipements.  Le Cœur du village et la Salle Alec et Gérard Pelletier présenteront des mises en scène de récits de vie à différents publics.

Je suis particulièrement fière de l’obtention de cette importante subvention puisque j’en avais fait une priorité de ma présidence, comme je l’indiquais lors de l’assemblée générale de 2017. Il s’agit d’un projet stimulant qui a incité plusieurs de nos membres à y participer comme bénévole. Dominique Parent a été engagée comme coordonnatrice.

Par contre, nos efforts pour recruter des bénévoles pour d’autres aspects de notre action ont été moins fructueux. Je termine donc, une fois de plus, mon bilan par un appel pressant à l’engagement bénévole. Nous avons besoin de recherchistes, de rédacteurs et de traducteurs, de webmestres, de familiers des réseaux sociaux. Toute aide est bienvenue.


Priorités pour 2019

Présentées par Jeanne Morazain, présidente.

L’année 2019 en sera une de consolidation.

Tout d’abord, il importe de mener à terme le projet La parole des aînés, ce qui signifie : compléter la transcription des entrevues déjà réalisées ; enregistrer, sono seulement ou vidéo, quelque 25 nouvelles entrevues ainsi qu’une dizaine de rencontres de groupe thématiques ; et surtout, partager avec la communauté suttonnaise ce patrimoine oral.

L’histoire de la filature de Sutton et des gens qui y ont travaillé fera aussi l’objet d’un partage avec la communauté afin d’aider à la prise de décision concernant l’avenir du site.

Notre site web subira une refonte majeure qui le rendra plus dynamique et facilitera les transactions électroniques. D’où la possibilité dès mai 2019 de recevoir les cahiers d’histoire en format PDF plutôt qu’en format papier pour les membres qui le désirent. Le mandat de revoir le site a été confié à Two Humans de Sutton (Claude Dagenais et Manon Gélinas).

Une simplification des tâches comptables est aussi à l’ordre du jour. Carole Kierulf fait un travail remarquable comme trésorière et elle mérite que nous allégions le plus possible sa tâche qui s’est passablement alourdie avec les années. Imaginez, au printemps 2018, elle devait gérer les salaires de quatre personnes ; elle doit aussi effectuer un suivi serré des budgets distincts des différents projets en cours pour lesquels Héritage Sutton reçoit des subventions.

Il nous faut aussi réorganiser l’aménagement de la voûte pour maximiser l’espace compte tenu de l’augmentation des dons d’archives et assurer leur traitement dans un délai raisonnable.

Pas de nouveaux projets donc, sauf si des occasions qu’on ne peut refuser se présentent !

Enfin, puisque nos efforts pour recruter et former davantage de bénévoles pour la réalisation des affaires courantes n’a pas été un succès en 2018, nous redoublerons d’efforts. Nous avons un urgent besoin de traducteurs (du français vers l’anglais), de recherchistes pour documenter le patrimoine bâti et répondre aux demandes qui nous sont adressées de partout en Amérique, de personnes familières avec le traitement des bases de données. Si vous êtes disponible, n’hésitez pas à nous contacter.